Comment faire face à son cancer ?

28 Avr 2017 by

Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    25
    Partages

Dans 20 ans, la moitié de la population sera malade du cancer. Dans 20 ans on saura peut-être pourquoi, mais aujourd’hui les causes ne sont pas élucidées et on ne sait toujours pas, aprés 60 ans de recherche, pourquoi certaines personnes sont atteintes du cancer, pourquoi certaines en guérissent et pourquoi certaines en meurent, à cancer égal, même type, même stade, mêmes conditions de vie, mêmes polluants, par exemple le tabac, même âge etc…  .

Beaucoup de thérapies dans le traitement du cancer, sont des traitements expérimentaux, y compris la chimiothérapie qui, si son efficacité est prouvée dans quelques cancers, est bien souvent donnée sans que l’on sache à l’avance comment le malade va réagir en termes d’effets secondaires et de réussite.

La médecine n’est pas une science exacte, mais la médecine occidentale reste le meilleur outil pour combattre le cancer. Cela ne doit pas empêcher le malade d’aider à son rétablissement en s’aidant d’outils thérapeutiques tels que la sophrologie, le magnétisme, la psychologie, le sport, l’alimentation ou d’autres méthodes.

Comment faire face au cancer ? C’est difficile et simple à la fois. Je n’ai pas de recette miracle, juste mon expérience à partager qui pourrait s’avérer utile pour tous ceux et celles qui sont frappés par cette malédiction.

Vous apprenez que vous avez un cancer

Votre médecin vous annonce avec plus ou moins de doigté que vous avez un cancer. Et là, votre monde est dévasté. En l’espace de quelques secondes, vous réalisez que votre vie a basculé, que vous avez une vie d’avant le cancer et une vie d’après le cancer. Brutalement s’impose à vous l’idée de votre mort, idée qui jusque là n’était que théorique. Vous passez du monde des bien-portants au monde des malades du cancer. Vous pensez à vos enfants, votre conjoint, votre travail, vos projets. Tout est remis en question, tout s’écroule. C’est une réaction normale, mais il ne faut pas y rester. Il faut au contraire, une fois le choc digéré, mettre en place une stratégie de combat.

Vous avez un cancer, OK, mais cela ne veut pas dire que vous allez mourir demain, ni même que vous allez mourir de ce cancer. Prenez donc le temps de vous organiser et de vous informer avant d’accepter un traitement, une chirurgie.

  • Le côté administratif, quel parcours ?

Vous pouvez vous inspirer de ce document : http://www.lifeisrose.fr/sites/default/files/contenu/pdf/1-et-2-parcours-patient_global.pdf

Il est important d’avoir ces dossiers à jour, car votre énergie devra servir à combattre votre maladie et non à régler des problèmes administratifs en retard.

En effet, les Centres régionaux de lutte contre le cancer assurent des « missions de prévention, de recherche, d’enseignement et de soins, dans la recherche permanente de la qualité et de l’accessibilité. Les CRLCC sont porteurs d’un modèle de prise en charge globale et multidisciplinaire des personnes atteintes d’un cancer. » Cela veut dire en clair, que ces centres proposeront les dernières nouveautés en matière de recherche et de soins, d’essais thérapeutiques, de thérapies ciblées etc….

Quand votre cancer a été diagnostiqué par un oncologue, que celui-ci vous a proposé un traitement, prenez le temps de demander un second avis auprés du Centre régional de lutte contre le cancer, voire de vous y faire opérer aprés avoir fait transférer votre dossier au Centre régional de lutte contre le cancer par votre oncologue. Si tout le monde est d’accord avec une chimiothérapie comme première approche, le centre d’oncologie le plus proche de chez vous fera l’affaire et travaillera en liaison avec le Centre régional de lutte contre le cancer.

Pour simplifier, il est meilleur d’être suivi par un Centre régional de lutte contre le cancer en lien avec un centre d’oncologie proche de chez vous. Les deux travailleront de concert.

  • Ne vous laissez pas abattre par les statistiques, les taux de survie ou autres.

On ne sait pas, sauf dans certains cas, comme le tabac, l’alcool, l’amiante ou autre polluant, pourquoi un cancer vient. Pas plus qu’on ne sait avec certitude pourquoi on guérit. Le cancer est un processus compliqué dans lequel interviennent plusieurs facteurs. Les statistiques concernent une population donnée et non un individu. Ce sont des moyennes uniquement. Ne cherchez pas non plus des prévisions de survie que PERSONNE n’est capable de vous donner.

  • Ne minimisez pas votre maladie, vous n’êtes pas un enfant et vous ne seriez pas alors armé pour la combattre.

Mais ne sombrez pas non plus dans la panique. Le cancer devient de plus en plus une maladie chronique , c’est à dire que l’on vit longtemps avec, comme le diabète.

Faire face avec lucidité pour combattre au mieux la maladie est, avec les thérapies, une des meilleures approches pour lutter. Cela veut dire se prendre en charge et comprendre ce que l’on a.

Se faire aider

  • La famille, les proches, les amis

C’est primordial. Mais attention à ne pas les submerger de votre angoisse. Les gens qui nous aident subissent aussi un fort stress, il faut le prendre en compte, ne pas exiger l’impossible et les laisser respirer. Si, quand vos amis vous téléphonent ou vous rendent visite, vous leur faites passer un moment psychologiquement intenable, non seulement vous les verrez de moins en moins, mais vous risquez de les rendre malades. Avoir un cancer ne signifie pas de se transformer en vampire d’énergie et ne parler que de soi, de sa maladie, de son angoisse. Prenez du recul, intéressez-vous aussi aux aidants. C’est un moment d’échange, de partage qui ne doit pas se transformer en torture pour les aidants. Il ne s’agit pas de les amuser, il s’agit de relativiser, de montrer que leur aide est indispensable et que l’on sait en tirer partie en se renforçant. C’est valorisant pour vous et pour eux. Et l’aide sera efficace. Prenez conscience que la mort est une chose naturelle qui arrive à tout le monde et que l’ennemi c’est le cancer et non la mort. Sur ces bases là, les choses vous paraitront beaucoup moins graves et la lutte vous semblera à votre portée.

  • L’équipe médicale

Vous devez lui faire confiance, elle a les compétences et l’empathie. Mais n’attendez pas d’elle qu’elle vous serine toute la journée que vous allez guérir: elle n’en sait rien. N’oubliez pas non plus que ce sont juste des êtres humains comme vous, sujets à la fatigue et aux erreurs, et qui seront beaucoup plus efficaces pour vous si vous êtes coopératif. Combattre le cancer suppose un travail d’équipe entre les différents soignants mais aussi avec le malade.

  • Les associations

Presque tous les hôpitaux et cliniques ont des associations de soutien proposant diverses activités et des conseils juridiques. N’hésitez pas à utiliser leurs services: psy, sophrologie, esthéticienne, nutrition, sport…..Il existe aussi des associations nationales. Une simple recherche sur internet vous indiquera les antennes les plus proches de chez vous.

  • Ne vous laissez pas envahir par la maladie

Vous n’êtes pas un « cancéreux », vous êtes une personne qui a une maladie. Ce n’est pas le cancer qui vous définit, mais ce que vous faites. Personne ne peut vous dire l’issue de votre état de santé, donc continuez à faire des projets, adaptés à votre état et à avoir une vie de famille.

  • Il existe aussi d’autres techniques, qui si elle ne soignent pas le cancer, nous aident à y faire face, à garder un capital santé et un capital moral indispensables pour lutter. Elles sont nombreuses, et feront l’objet d’articles spécifiques. A chacun ensuite de choisir celles qui marchent le mieux dans son cas personnel.

A très bientôt……

 

 

 


Partagez cet article !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    25
    Partages
  •  
    25
    Partages
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *